Archives mensuelles : janvier 2009

Au menu la semaine prochaine

Ouf que la fin de semaine prochaine va être chargée !

Jeudi c’est Knightriders ! comme d’habitude au Saphir. Je n’en parle pas beaucoup ici, mais c’est vraiment beaucoup de job à gérer cette soirée en plus de tous les autres projets qui roulent en même temps. En plus ça va vraiment bien ces temps-ci, il y a beaucoup de monde et c’est l’fun. Si vous avez déjà pensé venir, ces derniers temps c’est vraiment le moment pour essayer !

Vendredi nous lançons la toute nouvelle soirée mensuelle Rooftop Fistfights Nights au Salon Officiel pour laquelle je me suis complètement donnée pour faire le flyer.

Je ne sais pas ce qui m’a pris ; j’ai décidé de dessiner les cinq membres du blogue style comic-book-meets-anime et de le colorier avec PS. J’ai d’abord commencé samedi matin de la semaine dernière le sketch et mon Lapin l’a scanné chez lui puis me l’a renvoyé. Dimanche j’ai travaillé à lineart de 13h à 23h NON-STOP. J’étais tellement plus capable de voir le dessin que je sacrais en dessinant, mais je ne pouvais pas arrêter étant donné que le flyer devait être prêt pour lundi ! Argh. J’ai terminé la couleur en 4 heures le lendemain et ça donné ça :

rtff

Mais je m’égare. La team de RTFF est réunie pour la première fois en tant que réelle équipe de Dj / Promoters (parce que c’est un peu compliqué, on est deux groupes dans RTFF ; KNIGHTRIDERS ! qui est Lapin et moi et 132BPM qui est trois autres amis). Si vous n’êtes jamais allé au Salon Officiel, c’est au coin Roy et Drolet au centre-ville. C’est une petite place sympa, les drinks sont un peu chers, mais très bons et d’excellente qualité. C’est gratuit alors si vous avez envie de passer, n’hésitez surtout pas !

Donc vendredi nouvelle soirée.

Samedi matin c’est direction Québec ! Eh oui, le boulot de mon cher père organise une journée à Valcartier. Oui oui, moi j’aime ça l’hiver et la neige, j’ai toujours mon cœur d’enfant donc rien n’est trop « bébé » pour moi. Une journée à rabais au village vancances, un repas gratuit et puis hop ! resto dans la ville et défilé de nuit dans le cadre du carnaval de Québec. Dodo à l’hôtel et départ après le brunch pour le retour à Montréal. J’ai bien hâte, j’adore Québec et comme c’est le carnaval, la ville va être en plein effervescence.

Je suis toute équipée pour l’aventure ! Nos soirées du jeudi on pu financer mon nouveau manteau Burton Mirage jaune banane / noisette ainsi que de nouvelles mitaines bien chaudes pour garder ma chaleur.
mirage

Dimanche soir ressemblera sûrement à minouches en regardant Sex & The City et en mangeant des sushis avec une bonne bouteille de blanc en compagnie de mon amour. Je vous le dis, j’en tremble d’excitation !

Poster un commentaire

Classé dans Digital Love, Tranche de vie

Header

J’en peux plus de mon header! Il allait bien avec la vocation de Toutes les Saveurs à son ouverture, mais là, sérieusement, c’est vraiment moche. Vous avez des idées?

5 Commentaires

Classé dans Technicalités

Chapitre 1: Castair

Chapitre 1 : Castair

Selon la tradition d’Ambre, les moines qui aspirent à devenir prêtres et finir leur apprentissage doivent partir en quête initiatique durant une année complète. L’Ordre du Temple leur donne comme mission de parcourir Ambre et de recruter une fillette ou un garçon qu’ils doivent ramener avec eu à Mikelis. Les moines quittent pour cette quête vers l’âge de vingt ans et prennent alors le titre de « moine ambulant ». Cette année est non seulement une quête, mais est aussi une occasion pour les moines de sonder leur cœur et de quitter l’Ordre s’ils ne désirent pas poursuivre leur apprentissage. Faire parti de l’Ordre est bien vu du peuple d’Ambre, mais les moines qui quittent l’Ordre sont également assez bien acceptés dans la société. Les moines ambulants qui défroquent sont souvent accueillis chez les nobliaux ou dans le service des villes. Leur savoir est hautement estimé et ce dans divers domaines allant de l’écriture à la diplomatie et au commerce.

Les moines qui trouvent un jeune Ambre à recruter peuvent revenir au temple pour y être nommé prêtres. Tous les moines de Mikelis sont éduqués aux lettres, aux mathématiques, à la philosophie et à la chimie. Seuls les prêtres sont initiés au Contrôle du Corps et de l’Esprit ainsi qu’au Iaso, une technique de combat gardée secrète basée sur l’intuition du corps et à la prémonition.

Ultimement, les moines ambulants et les prêtres cherchent à dénicher des Oracles qui aideront les rois et la population d’Ambre à maintenir leur puissance dans le Monde Temporel. Les Oracles ont une place bien particulière dans la société Ambrienne. Par certains égards, ils ont bien plus respectés et puissants que le rois et ses ducs, mais ils sont aussi vu comme des prophètes de malheur car leur science est souvent inexacte.

Néanmoins, les Oracles ont un rôle primordial parce qu’ils servent à prévoir et protéger Ambre des attaques lancées par les Esprits Puissants qui sont toujours en colère contre Maa-Alune. La visée ultime des Oracles est de redonner l’accès à Arcadie aux âmes d’Ambre en rachetant la faute commise par Maa-Alune bien des siècles auparavant.

Dans tout l’Ordre, seuls les Oracles n’ont pas le choix de leur destiné et ne peuvent quitter Mikelis sans subir le rejet de toute une société.

-Extrait de l’Étude sur l’Ordre de Mikelis par Mènuo Andradae

Lire la suite

1 commentaire

Classé dans Ambre, Stories & Essays

133

Boreal

Je viens de me rendre compte que je n’ai pas parlé de quelque chose de relativement important. Dans ma vie, du moins.

J’ai décidé de suivre un régime.

Je vois déjà certains regards étonnés, d’autres désapprobateurs.

Aux premiers je dirais : vous n’avez pas besoin de me convaincre que je ne suis pas grosse, je le sais que je ne suis pas grosse. Avant de commencer, j’étais même dans mon poids santé, mais disons à la limite entre poids santé et un peu d’embonpoint. Je suis une femme de 5’ 7’’ donc déjà pas petite au départ, on ajoute à ça une poitrine plus que respectable et les dignes hanches de ma maman ; je ne peux pas être un piquet.

Cependant, depuis le début de ma relation avec Lapin, j’ai développé une mauvaise habitude que je n’avais pas avant ; grignoter. Grignoter de mauvaises choses. Tout. Le. Temps. Pas étonnant que mon poids ait monté en flèche ! Je peux bien vivre bien en chair, mais la goutte qui a fait débordé le vase c’est de franchir le cap du 155 160 lbs. En fait, quand je suis monté sur la balance et que j’ai vu le 160 j’ai vraiment perdu les pédales, fait une crise d’angoisse et décidé qu’il fallait vraiment que je fasse quelque chose.

J’ai bien magasiné et choisi un régime que j’étais sure de pouvoir réussir et qui va bien avec mon rythme de vie. Je suis persuadée qu’à un certain point, un régime en vaut un autre si on le suit à la lettre. Mais moi j’adore manger ! Alors j’en ai choisi un qui célèbre la nourriture et qui n’est pas trop restrictif. J’ai choisi le régime californien et c’est vraiment très bien. Facile a suivre et tout et tout.

Quand j’ai révélé mon plan a mon entourage, comme je disais, j’ai eu des regards étonnés, mais en fait, j’ai eu surtout des regards désapprobateurs. Pourquoi ? Parce que nécessairement si tu te forces à suivre un régime c’est que tu n’es pas bien dans ta peau. Parce que les gens pensent automatiquement aux régimes qui te privent et t’empêchent de manger le trois quart de ce que tu manges habituellement. Et si je voulais juste me senti mieux ?

Je n’ai pas encore atteint mon objectif (redescendre au poids où j’étais quand j’ai rencontré Lapin -138 lbs), mais les choses vont bien, j’ai déjà perdu 10 lbs. Presque la moitié ! J’ai bon espoir d’y arriver.

Idéalement, dans mon esprit, le chiffre magique est 133. Pourquoi 133 et non pas 130, 135, mais 133 ? Ahaha, c’est un secret, ça (mais c’est surtout idiot, j’ai voulu peser 133 lbs depuis que j’ai 15 ans). N’empêche, moi, à 133 livres, je serais tellement cute.

Boreal par Sophie Thouvenin

3 Commentaires

Classé dans Tranche de vie

Digital Love VII

The Eregia

Voici une petite pratique. J’ai essayé une technique différence sur ce dessin. J’ai premièrement tracé un premier sketch sur un layer et appliqué la couleur sur une autre couche. Toute la couleur n’est que sur un seul layer. La couche de fond était complètement blanche, contrairement aux autres dessins que j’ai faits jusqu’à maintenant.

Je ne sais pas pourquoi, j’ai particulièrement de la misère avec les bouches ces derniers temps. Si j’ai le temps, je vais essayer de corriger ce détail. Je trouve aussi que les cheveux sont bien, mais sont trop « individuels » c’est-à-dire qu’il ne sont pas en mèches, comme des cheveux normaux. Son nez est franchement petit et étroit, assez loin de mon image de référence… J’aime surtout les yeux et le front, je trouve qu’il reflète bien la lumière.

J’ai lu un dictaciel sur internet qui montre comment colorier un dessin en noir et blanc, je vais peut-être essayer la technique sur ce dessin.

Technicals:
Lineart + Color: Moi!
Top Chrono: 3,5hrs
Reference: A picture by Victoria Sims
Inspiration: Rien de particulier, cette « peinture » ne représente rien de particulier, c’était vraiment qu’une petite pratique.
Bande Sonore: The Next Karate Kid que Mathieu écoutait à la télévision.

Poster un commentaire

Classé dans Digital Love

Ambre ou livre sans titre

Je ne sais pas si vous vous souvenez, mais j’ai mentionné (ici et ici) que j’écrivais, ou plutôt réécrivait, le récit que j’ai écrit quand j’étais au secondaire. Bien que je sois loin d’être assidue, le projet avance petit à petit.

J’ai d’abord décidé de fusionner plusieurs idées de récits que j’avais en tête pour n’en faire qu’un plus complet. J’ai commencé par écrire un plan d’écriture – oh ! oh ! une première dans mon cas ! – et organisé mes idées. Au moins, je sais où je vais, cette fois.

Ce n’est pas tout, comme c’est une histoire fantastique – je vous l’avais dit que j’étais geek !- et que c’est un monde complètement inventé, j’ai écrit les grandes lignes de l’histoire de mon pays / monde pour que les choses soient un tant soit peu facile à suivre.

J’ai aussi fait mes fiches de personnages, je vous dit, tout le kit ! Quand je dis que le projet avance petit à petit, c’est vrai, so far so good, je viens de terminer le chapitre… 1. Mieux que rien vous dirais-je !

J’aimerais beaucoup savoir ce que vous pensez de ce que j’ai fait jusqu’à présent. Si vous avez des idées, des questions, si ce genre de livre vous intéresserait. Je pense aussi ajouter des fiches imagées de mes personnages au fur et à mesure que je vais les peaufiner. Pour toutes ces raisons, je créée un nouvel onglet à mon blogue (en haut) qui se nomme Ambre ou Livre sans titre. Tous les nouveaux billets qui toucheront ce projet se retrouveront là. N’hésitez pas à me laisser des commentaires, j’aime beaucoup avoir du feed-back et de la critique constructive.

On commence tout de suite avec le prologue ! Allez allez on lis !

P.S. J’ai opté pour la forme au « Je »

Poster un commentaire

Classé dans Ambre, Stories & Essays

Prologue

Prologue

Bien avant la création d’Ambre, le dieu-magicien Maa-Alune résidait parmi les autres Esprits Puissants dans l’harmonieuse citée d’Arcadie au cœur des Mondes Supérieurs. Un jour, le dieu-renard eut l’audace de perturber le Grand Calme de la plus belle des cités. Les Esprits Puissants en charge de la paix d’Arcadie furent hautement agacés par le comportement du dieu-magicien et n’eurent d’autre choix que d’expulser Maa-Alune et le condamer à l’exil dans le Monde Temporel.

Le dieu-renard atterrit au Centre du Monde ; coupé d’Arcadie pour toujours. Ne sachant que faire, il se mit en marche afin d’explorer sa nouvelle prison. Il traversa vallées, montages, rivières et déserts intouchés. Il marcha longtemps, sans s’arrêter, jusqu’au jour où il rencontra le dieu-guérisseur Thunor.

Thunor avait été expulsé d’Arcadie bien des années avant Maa-Alune. Le bienveillant dieu-corbeau emmena Maa-Alune au creux des montagnes, là où il résidait. Thunor dévoilà à Maa-Alune la civilisation qu’il avait créé grâce aux maigres pouvoirs qu’il lui restait. Sous les yeux bienveillants du dieu-corbeau, les Babyloniens vivaient paisiblement dans une merveilleuse cité sculptée à même les montagnes.

Inspiré par l’œuvre de Thunor, Maa-Alune descendit des montages et partit à la recherche d’une terre qui se plierait à ses désirs. Il revint sur le chemin déjà parcouru, retraversant vallées, montagnes, rivières. Il choisit une portion de terre qui s’avançait entre la mer de Damuzi et la mer de Suen. La terre y était argileuse et riche, de vastes steppes couvraient le sol d’une herbe tendre au nord et le sud était piqué de montagnes escarpées enveloppées d’une forêt épaisse au sud. Maa-Alune entreprit donc, sur cette terre au Centre du Monde, de créer le peuple d’Ambre.

– Extrait de La Naissance d’Ambre par Salem le Pieu

*
* *

Le bateau tangue sous les assauts déchaînés de la mer de Suen. Une tâche d’encre s’étale sur mon vélin et le papier boit avidement mes écrits. Voilà une partie de plus à recommencer. Je me prends la tête dans les mains et soupire de frustration. La faible lumière de la lampe suspendue au dessus de ma tête tremblote lorsque qu’une bourrasque d’air froid entre en même temps que Veroé. Ses longs cheveux noirs et ses vêtements dégoulinent de pluie, mais sur son visage s’étire un sourire radieux. L’air de la mer et ses tempêtes lui va bien. Devant mon expression morbide, son air triomphal se transforme en moue inquiète. Son regard se pose sur la pile de papier éparpillée sur mon bureau et sur le gaspillage d’encre.

-Tu es bien décidé, n’est-ce pas ?
-Oui, mais je n’avance pas vite. Le bateau… »

Je laisse la phrase en suspends alors qu’une brusque secousse fait trembler notre navire. Veroé s’accroche à la petite table. Avec un soupir agacé elle relève la tête et plante ses yeux noirs dans les miens.

-Tu es sur que c’est ton travail d’écrire tout ça ? Ne peux-tu pas tout lâcher enfin et te donner tout entier à cette nouvelle vie qui s’ouvre devant nous ?

Elle pétille de détermination et de liberté folle. Ni la promiscuité, ni la température de chien, ni mon humeur sombre n’arrivent à tarir son envie d’affronter le monde. Je reste ainsi à l’observer un moment. Elle rassemble ses cheveux pour les tordre puis se secoue comme un chien pour enlever ce qui reste d’eau. Ses gestes sont vifs et précis, elle déborde de vie. Je soupire encore une fois. J’aimerais tant ne plus sentir d’attaches comme elle.

-Il est tard. Nous devrions nous coucher. Tu as l’air épuisé. Tu reprendras ton travail demain, si tu y tiens.

Elle m’arrache la plume des mains et elle entreprend de ranger les pots d’encre et les vélins encore vierges. Elle chiffonne d’un geste déterminé ceux qui sont tâchés. Entre temps, je m’installe sur le minuscule lit que nous devons partager. J’enlève mes bottes, puis mes chausses et ma chemise. Je ne suis pas sorti dehors aujourd’hui, mais je suis tout de même trempé. Satané humidité.

Veroé me rejoint après avoir étendu ses vêtements sur une petite corde à linge dans l’espoir que ses vêtements sèchent un peu. Elle se roule en boule contre moi en frissonnant. Elle soupire plus doucement :

-J’aimerais que tu sois complètement avec moi.
-Je sais. Mais si je ne le fais pas, qui le fera ?

Veroé hausse les épaules. Non. Il faut que je raconte.

Poster un commentaire

Classé dans Ambre, Stories & Essays