Cinabre

you_are_the_perfect_drug_by_eliara1

Ainsi mon être se déploie en ramures multicolores. Mon pourpre s’étale dans la neige seule et le verre brisé s’enfonce dans ma cornée puis ma rétine pour y graver des abstractions de cruauté. L’encre de ma langue s’élance comme un jet de milliers coquillages laqués. L’eau s’infiltre dans ma bouche cassée, mes oreilles et mon nez cinabre. Une valve s’ouvre enfin en moi et la crue emporte tous ces remords sucrés et ces breloques scintillantes accrochées à ma carcasse éplorée. La ligne de ma bouche, belle et sérieuse, te dit de chasser larmoiements cousus. Le diadème de mon dos éclaté me confirme que chaque spondyle a répandu sa moquerie nocive comme autant de cauchemars horrible et dégoulinants. A ma main, un anneau de tempête et à mon cœur, un vilain pied de biche doré me transperçant de part en part. Je me meurs, comme à toutes les fois où je m’imagine poétesse et toi tu me crois, les yeux laiteux, les yeux vrais, alors que ma main retombe languide. Féline. Suppliciée.


You Are The Perfect Drug

Publicités

1 commentaire

Classé dans Poésie

Une réponse à “Cinabre

  1. Vincent Sremed

    C’est beau.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s