A hard day’s night

a hard day's night

Étrange ce feeling impératif d’écouter les Beatles à tout prix entre deux bouteilles de vin. J’ai succombé au son envoûtant, y’a pas grand chose à dire, j’adore Paul McCartney…

M’enfin, juste pour dire que beaucoup d’alcool donne de la misère à taper, mais il donne aussi une seconde dimension à «Girl» des fantastic – aaah Fab!- four.

– -Edit- –

En me relisant, j’ai remarqué à quel point ce post était vague (et comment je peux faire des fautes débiles). Enfin, il n’y a rien d’exagéré, sauf peut-être l’autre dimension à «Girl», en tout cas, je ne me souviens pas c’était quoi… Sauf que quand même, malgré un 2 heures de sommeil, la soirée fut remarquable et à des lieues de ce à quoi je m’attendais.

Je passe les détails, le souper était bon, le vin trop, autant en goût qu’en quantité, vous voyez le topo. Mais ce qui a donné vraiment une teinte différente au souper fut, comme j’ai tenté de l’écrire plus haut, le feeling impératif que j’ai eu entre le médaillon de bœuf sauce au chocolat et les fromages fins d’écouter là là, right now les Beatles.

J’ai donc mis le vieux vinyl de mon papa, Beatles Love Songs, dans le gramophone et malgré les grincements de dents des autres convives en réaction au buzz dans les speakers, je me suis laissé aller.

Fab four, je pense que le nom leur a été donné plus parce qu’ils avaient la capacité d’emmener le monde à exclure tout excepté eux que parce qu’ils étaient révolutionnaires ou doués ou whatever. Mais bref, pour moi ça marche garanti à chaque coup. (Something in the way he sings, I guess.)

Ma cousine, que nous recevions à souper et âgée de 12 ans, s’est rebutée à l’aspect vieillot du vinyl et au son rempli de parasites. Puis, peu à peu, en me voyant sombrer dans une transe heureuse, verre rempli dans les mains et chantonnant les yeux fermés, elle s’est risqué à écouter. Puis à aimer, puis à essayer de lire les paroles en anglais, puis à me demander qui étaient les membres, qui faisaient quoi, puis à vouloir regarder mon anthologie puis à admirer la période 1968 de Georges Harrison.

Je suis contente qu’elle ait pu apprécier. Qu’elle se rendre compte que derrière elle il y a des tas d’années de musique qui attendent qu’on les dépoussière. (Quétaine comme fin, hein? Mais c’est vrai.)

Publicités

1 commentaire

Classé dans Avant Wordpress, Culte, Musique, Tranche de vie

Une réponse à “A hard day’s night

  1. Anonymousse

    ahah « fantastic » four… t’étais saoule pour vrai 😛

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s