Inconscient

inconscient

Te tuer à coups de poésies, comme un claquement sourd de cuir passant sur une neige d’albâtre. Tu me déshabilles lentement par les quiproquos obtus de notre relation acide, un peu comme les grognements hostiles des chiens aveugles et tricheurs. Des mains aux longs doigts fins s’infiltrant dans les moindres fissures, enrobant de riche soie les cauchemars inassouvis de ma langue agitée. Des lèvres et du sang sur mon corps inadéquat, un constat glacé plaqué contre ton cou. Sept enfants qui courent en longeant les murs, évitant mes éventails et mes pleurs bicolores. Quelques pas dans la mauvaise direction.

Un souffle carnassier contre les crevasses brûlées de mon épine dorsale, un étouffement jugé trop théâtral contre mon coude. Poussée dans le gouffre, cerfeuil et poudre féroce dans les cheveux, je lance mes bras à la rencontre de ton visage. Suspendue dans les étangs noirs, à la merci des cases lumineuses et hiérarchiques, jamais te rendre un baiser ne sera plus dangereux. Tremblements de terre et copie photographie monochrome en boucles et ellipses. Une autre fois. Non, je ne fais que m’étendre contre le ciel pour le sentir respirer.

Ils abattent parfois les chiens malades.

Pour Marc-André parce qu’il me l’a demandé
Publicités

2 Commentaires

Classé dans Avant Wordpress, Poésie

2 réponses à “Inconscient

  1. Nicolas

    Ha, ça me manquait à moi aussi.

  2. Marc-André

    Merci à toi Myriam d’avoir exaucer mon souhait! C’est très agréable de revoir un texte de ce genre!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s