traversée

Je me suis réveillé contre ton dos et j’ai été surprise un moment. Le nez dans tes omoplates, j’ai ouvert les yeux sur une plaine doucement bercée par ton souffle. Ton odeur m’a ramené au présent, mais aussi dans le passé. Cette odeur que j’ai réussie à rapatrier de loin. Celle qui me manquait tant, depuis tant d’années. Je suis restée immobile une éternité à observer les nævus qui étoile ton corps blanc. Je t’ai regardé, comme pour ta première fois. Comme quand j’avais les cheveux courts et que j’étais un tout petit peu perdue. Et je l’ai regardé comme quand je t’ai perdu tout en te voyant. Tu creuse ma moitié de lit, t’enroule avec moi dans mes draps blanc. Tu m’as demandé de parler de nous. Je l’ai fait. Nous sommes deux.
Publicités

1 commentaire

Classé dans Avant Wordpress

Une réponse à “

  1. Nicolas

    Ça te va bien ce style.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s