Love’em beat’em

Je l’attire dans mon appartement en le tirant par la chemise. Il referme la porte derrière lui tout en me poussant vers le centre de la pièce. Mes longs doigts avides détachent sa ceinture et dézippent son pantalon. Je l’entraîne vers la chambre. Le lit est défait, comme à l’habitude et je chasse le chat qui y est installé.

Son corps est trop parfait. Il est gracieux dans sa manière de respirer. Ça m’est arrivé alors qu’il marchait vers moi dans la pièce, au milieu d’autres distingués. Mon cœur a commencé à ne plus rien entendre. Il faisait un bruit de revolver. Une menace animale.

Je le pousse sur le matelas mou d’une main agressive. Je le surplombe, debout par-dessus lui. Mon pied l’empêche de se relever. Je lui dis :
-I love you, can you be my lover?
Et il me répond :
-Tie me up, tie me up twice. Et je m’exécute. Je coupe sa circulation aux poignets comme une pro. Il est docile, un peu trop, alors je le pique avec mes dents. Quand j’approche de son visage, il me dit des mots doux, comme pour contraster au maximum.

Il a compris la subtilité de l’odeur masculine. Il est entêtant. Ma tête est en tonnerre. Je rougis sa peau avec mes mains, le blanc de son épiderme me blesse les yeux. Il me regarde, impressionné par mon audace. Mes mains sur son cou, j’appuie fermement.

J’étouffe son souffle avec ma bouche. Ses mains attachées à la tête de lit forcent en vain vers mon corps. Je sens son cœur atteindre la vitesse du mien et son buste s’affaiblir. Il est en train de mourir son mon baiser. Je lui mords des lèvres tout en affirmant ma position sur sa gorge. Flash de noir et de cuir. Sa tête ne comprend plus rien. Il meurt sous mes mains agiles. Beat on. Respire. Beat off.


inspiré par Snake me de We are Wolves, Beat on, beat off de The Presets et Erection de The Faint.

Sssshhhhhhh

Publicités

4 Commentaires

Classé dans Avant Wordpress, Short Stories

4 réponses à “Love’em beat’em

  1. dinde

    C’est pas très gentil de tuer les gens qui ont des attentes sexuelles, même si au bout du compte c’est un juste châtiment, j’imagine… En tout cas, ma ptite cousine de 7 ans a bien aimé ton texte.

  2. Tchendoh

    Nice! Je connais juste la toune de The Faint, ça donne le goût de connaitre le reste…

    J’aime l’idée de donner les tounes qui t’ont inspirées.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s