L’amour sous l’eau

Ces derniers temps je tombe en amour avec tout ce que je vois. C’est vraiment drôle, je suis comme une petite fille dans une grande cour de récré, mais de là à savoir pourquoi, je ne sais pas trop. C’est sûrement dû à l’été qui passe bien et qui referme toutes les blessures qui faisaient encore mal.

Je suis en amour avec le groupe complet de Malajube parce qu’à chaque fois que je les vois ils donnent tout ce qu’ils ont, qu’ils font de la bonne musique et qu’ils niaisent Cowansville plus que moi.

Je suis en amour avec mes deux frère illégitimes qui me proposent d’aller voir Malajube sous la pluie à Cowansville. Je les aime parce qu’ils me donnent sans compter d’énormes câlins et parce qu’ils suivent leur rêves comme les étoiles filantes sous le ciel de Sutton.

J’aime mes deux autres Cheerios qui viennent de l’autre bout du monde à Cowansville pour venir me rejoindre et boire de la bière sans arrière-goût et écouter Malajube niaiser les agriculteurs.

J’aime Châteauguay.

Je travaille beaucoup, mais étonnamment, je fais pas encore de réaction allergique aux caisses que je dois compter au beau milieu de la nuit. Je vais peut-être l’avoir ma semaine de congé finalement, Bonjour Boston!

J’ai la maison à moi et ma sœur pour deux semaines, ça ça veut dire pas de ménage (en tout cas, pas de mère qui nous pousse dans le cul pour le faire) et aussi la bouffe qu’on veux (yessss, stop de régime imposé pour 2 semaines!).

En gros c’est pas mal tout ce qu’il y a sous mon soleil. Rien de mieux qu’écrire sur mon portable au bord de la piscine en écoutant Voxtrot avec un framboisier à portée de main (littéralement) et un rayon ou deux qui essaient de dorer ma peau.

La photo a été prise par Yves Oswald.

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Avant Wordpress, Tranche de vie

2 réponses à “L’amour sous l’eau

  1. Daviel

    « et qui referme toutes les blessures qui faisaient encore mal ». oui, c’est beau, être dans cet état-là, ne pas penser au reste, juste apprécier l’instant, simplement, et se dire que tout ça est magnifique.

    et puis, pour citer shatzy shell dans le fast food, dans « city », de baricco… « c’est que j’ai pensé Dieu que c’est beau, avec même quelque part une petite envie de rire, zut alors ce que c’est beau tout ça, mais tout, jusqu’à la dernière miette de trucs écrasés par terre, jusqu’à la dernière serviette en papier pleine de gras, sans savoir pourquoi, mais en sachant que c’était vrai, que tout était bigrement beau. absurde, non ? »

  2. GuadZilla

    Du fin fond de ses rêves < -)o(-> se ravi de ta joie de vivre. 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s