Fantasies are nice (no.5)

J’ai connu Evan sur un plancher de danse. J’étais venue seule, au contraire de mes habitudes, danser pour oublier la mauvaise semaine qui venait de se terminer. J’avais besoin de proximité, de noirceur crevée par des rayons de lumière colorée, mais surtout de musique futile et forte. J’avais besoin de laisser passer une surdose d’énergie seule au beau milieu d’étrangers.

Je me suis arrêté pour reprendre mon souffle un peu à l’écart, appuyée au bord du mur frais. Je suivais le rythme de la tête, j’essayais de garder la cadence pour la prochaine chanson. Mes petits escarpins noirs me faisaient un peu mal, décidément un mauvais choix pour se déchaîner sur la piste de danse. J’ai écarté une longue mèche mouillée de mon visage et j’ai croisé le regard d’un grand homme. Il me fixait et par pure provocation j’ai soutenu son regard. Il m’a sourit de l’autre bout de la piste, a déposé son verre à côté de son ami appuyé au bar, lui a glissé un mot et a traversé d’un pas leste la distance qui nous séparait. Il m’a offert sa main que j’ai acceptée. D’un petit mouvement sec, il a attiré mon corps au sien. Il m’a entraîné au milieu de la mer de gens qui s’animait en tout sens.

Fébrilement d’abord, puis peu à peu avec plus de conviction, je me suis remise à danser. La musique nous a enfermé, moi et l’inconnu, dans une bulle étanche. Mes yeux fixés dans les siens, nos torses collés et mouvants, nous avons dansé pendant longtemps. Ses mains découvraient mon dos et mes hanches, parcouraient ma petite robe de soie bleue. Je repoussait et ramenait son corps au mien au rythme des coups de mains du DJ. J’avais chaud et mes cheveux collaient à mon visage et à mon cou, sa chemise moulait son corps ondulant. La tête me tournait et des vagues de froid hérissaient ma peau. Les pièces ont défilées et alors que la fatigue commençait à engourdir mes membres, ma chanson préférée fut crachée des énormes meubles de son. J’en fais part à mon partenaire qui répond en rapprochant mon corps au sien. J’enfouis mes mains dans ses cheveux noirs. Je m’accroche à lui comme à une bouée en pleine tempête. Il me retient attaché à lui de ses bras fermes. Sa bouche effleure mon cou, sa main relève les bords de ma robe.

Je suis soulevée par cet homme à la peau douce. Je m’attarde sur le creux de son dos et sur ses longues mains. Il étale mes cheveux sur les draps, se love au creux de mon épaule. A contre courant, nous essayons de rattraper le temps qui file. Il faut battre le soleil qui commence déjà à pointer à l’horizon. Ses ongles marquent ma peau brûlante, mes pieds meurtris par mes souliers s’enroulent dans les draps. De fatigue, je tombe dans les bras de Morphée jusqu’au midi. Sur ma table de chevet, un petit mot de l’homme ainsi que son numéro de téléphone. Je n’ai jamais rappelé Evan.
fantasies are nice- she wants revenge
Publicités

4 Commentaires

Classé dans Avant Wordpress, Fantasies are Nice

4 réponses à “Fantasies are nice (no.5)

  1. François C.

    montre moi à écrire!

  2. ie-dnd

    C’était sûrement un Portugais ce Evan.

    Crêpe, je me rappelle pu c’est quoi ton adresse su deviantart, mets un link, mets-la dans un post ou envoie-moi là par mail, mais fait quelque chose!

    J’espère que tu seras assez futée pour deviner qui écrit… :);):o:O

  3. : >|< :



    …wow ?…
    Sincèrement, j’ai vraiment pas de mot pour exprimer ça.

    Je suis d’accord avec Jesus Christ : apprendre à écrire comme ça, c’est accéder à quelque chose d’énorme et de puissant.

    …wow ?…trop peu ;).

  4. O.

    Magique, tout simplement.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s