Il y a rien faire et rien faire

J’ai les pieds dans la colle et vraiment pas l’impression de faire grand-chose de mon temps. Le soleil est là, mais pas la bonne humeur. Je n’arrive pas à avoir de l’inspiration ni aucune motivation à rien faire. Je peux passer de longues heures assis devant mon écran et à essayer d’entamer une critique sans que les mots me viennent. Je crois que c’est de l’épuisement. Il est grand temps que la session s’arrête. Il ne me reste plus qu’un cours et ensuite c’est du camping pour trois jours au parc national de la Mauricie. Ça devrait recharger la batterie, enfin j’espère.

Mon esprit a été absent toute la journée d’hier et semble vouloir vagabonder pour toute la fin de semaine. Peu de divertissement en vue, je ne vais rien faire. Appelez-moi même pas. Rêves gluants, comateux, persistants, mais sans images. Je ne sais plus ce que je cherche… Je cherche quelque chose, moi? J’aurais peut-être besoin d’un corps chaud ou d’une douce doudou pour me coller. M’enfin.

Mon été s’annonce chaotique avec un horaire peu ragoûtant. Je vais me taper trois différentes relèves, et ce, dans la même semaine. Je dois me mettre activement à la recherche d’un emploi dans mon domaine, mais même ça, on dirait que ça ne me tente pas. Trop difficile.

La seule chose dont j’aie hâte ce sont les francos, mais comme on n’est pas foutu de m’avertir suffisamment à l’avance de mon emploi du temps, je ne peux rien planifier. J’ai bien peur de manquer les artistes que je voulais voir…

Musique, musique. Malgré ma tonne de disques, il n’en a pas un qui me tente. J’ai passé une bonne demie heure au mégastore HMV à me promener lentement sans même prendre un seul disque pour regarder sa pochette et la liste des pièces. Totalement déprimant. Rien de nouveau ni de très excitant. Je me remets à lire. Ça fait toujours ça quand rien ne me stimule. Je me suis acheté deux morceaux de linge presque de force, par principe, parce que j’en avais de besoin. Un gris et un noir.

Je sais que ça va finir par passer, mais là j’ai comme de la pré nostalgie collégiale. Il vaut mieux que la nature me remette en place et dans le bon ordre. Bon… j’avoue que j’ai hâte…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Avant Wordpress

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s