Fantasies are nice (no.2)

J’ai bu ce soir. Peut-être un peu trop, mais c’est pas grave parce que je prends le bus. Et puis quand on prend le bus, c’est pas grave si on a bu parce qu’on conduit pas. Je retourne chez moi, seule et saoule. Je n’aime pas la 45, celle qui part de Montréal pour aller au terminus de Brossard. Je ne l’aime pas parce qu’il me ramène chez moi, à Brossard et je ne l’aime pas parce qu’il y a toujours quelqu’un que je connais qui retourne aussi chez lui. J’ai pas envie de parler avec quelqu’un que je ne connais pas vraiment dans un autobus que je n’aime pas vraiment non plus.

Les néons sales éclairent les gens et semble les rendre malades. Je vois les gens malades au ralenti, c’est pas très beau. Je fixe d’abord mes mains, puis le banc noir devant moi. Il y a quelqu’un assis sur le banc. Je fixe donc son cou. La personne se retourne. Elle me reconnait. Je crois que je le connais aussi. Je ne me souviens plus. Il a l’air malade, moi aussi, surement.
-Hé! Salut!»
-Bonjour.»
-Alors, qu’est-ce que tu deviens?»
-Je sais pas trop, là. Je retourne chez moi.»
-Tu es sorti ce soir?»
-Oui.»
-Ah ben! Moi aussi. Je suis allé au Altitude 737, tu sais le night club? Et toi t’es allé où?»
-Je ne me souviens plus.» Arrête de me parler, je vais te vomir dessus.

Une chance qu’il a alors spotté une autre connaissance parce que je n’aurais pas pu continuer cette conversation. Il m’a salué, m’a dit qu’il était content de m’avoir vu et qu’on devrait faire de quoi un moment donné. Mouais c’est ça, on sortira à l’altitude toi et moi. On va avoir ben du fun.

Un autre homme prend la place de ma connaissance. Cette fois-ci je décide de fixer uniquement mes mains parce que fixer le cou des gens ça porte malheur.
-Bonjour.» Eh merde.
Je lève la tête, c’est l’homme devant moi. Il me sourit.
-Bonjour.»
-Je vous trouve très jolie.» Re-merde, c’est quoi cette affaire là?
-Ah bon? Moi je trouves que vous avez l’air malade.»
-C’est à cause des néons.»
Silence.
-Je peux vous dessiner?»
-Oui, je suppose.»

Puis il m’a dessiné. Je l’ai regardé faire. Je n’avais rien d’autre à faire. Il était plus vieux que moi, début trentaine je crois, mais les néons c’est trompeurs. Il aurait pu être plus vieux ou plus jeune. Ce n’était pas très important vu la nature de notre relation… Il était blond, je crois, mais il aurait pu être roux. Il était habillé sobrement, un pantalon propre et un chandail vert sous une veste de laine grise. Ses mains étaient ridées, osseuses. Ça tranchait sur le reste de son corps. C’était pas à cause des néons. Ses mains avaient juste l’air vieilles, sèches, anciennes. Ses yeux étaient gris, très clairs. Il me regardait un instant et il se courbait sur son petit bout de papier. Il ressemblait à un ange. Je me suis dit que c’était un ange pour me dire que je suis belle. Puis après je me suis dit que j’étais conne parce que les anges ça existe même pas.

On est arrivé au terminus. Il ma donné mon portrait. Je l’ai regardé un moment. Je ne suis pas aussi belle que ça. Je lui ai dit. Il m’a souri:
-Oh, si.»

Puis je suis partie. J’ai marché avec le bout de papier dans ma main. Je suis rentré chez moi. Je me suis dit que j’étais heureuse. Heureuse que quelqu’un m’ait trouvé belle dans un autobus sale.

Fantasies are nice, ouais, j’habite même pas à Brossard. (ok ok, t’as gagné Ln, j’ai fait des changements!)

Publicités

6 Commentaires

Classé dans Avant Wordpress, Fantasies are Nice

6 réponses à “Fantasies are nice (no.2)

  1. Pachemina Dinda

    Sale imposteuse! Sérieux, c’était pas l’idée à Nic d’écrire un post comme ça?

    Moi je crois qu’il va falloir prendre la 45 en gang un moment donné parce que c’est vraiment une expérience culturelle.

    Pis ya une couple d’incohérance dans ton texte. La 45 est une expresse, il n’y a pas d’arrêt, elle va directement du terminus bonaventure au terminus brossard. Ensuite, le plastic est un nouveau club qui a ouvert à Brossard, donc la personne qui a revient de montréal s’est peut-être perdue ou c’est une sale menteuse. troisièmement les gens détestables ne veulent pas faire des trucs avec toi mais seulement se vanter. La 45 n’est pas détestable en soi, au contraire elle permet d’aller à Montréal très rapidement. Et Brossard city n’est pas détestable, c’est les gens qui y habitent qui le sont.

    fin de mon commentaire brossardois donc détestable

  2. Myriam

    Bin voyons! D’abord, Nic n’avait qu’à le faire avant son post. Et puis, si je veux, la 45 peut s’arrêter pour le laisser descendre,ok!? Et j’ai jamais dit que les personnes qui habitaient à Brossard étaient détestables, seulement que leurs bus sont laid, qu’il soient utiles ou non. Enfin, c’est une fiction non? 😉

  3. Anonymous

    moi, j’ai trouvé ça joli.

  4. Philtre

    J’ai apprécié ton texte.

  5. Pachemina Dinda

    C’est bien crêpe, mais tu ne devrais pas laisser les dindes jouer dans tes plates-bandes, après tout it’s your fantasies.

    Je suis vraiment un être paradoxal et contradictoire.

    You wanna touch my rusty café-au-lait?

  6. Ben

    Ah c’est pas une vrai histoire?

    dommage 😦 j’aurais pas du lire les commentaires… c’était une belle histoire pour ma première visite!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s