Je n’ai jamais vécu

Lumière crue qui grille mes rétines. C’est moi qui reviens de mon voyage dans le pays des ombres. Ma chair est sanguignolante, mauve, boursoufflée et essouflée. L’air enfonce mes poumons, brûle mes bronches et mes tissus. Le sang à la tête, la vision trouble, je pleures. Tous mes mouvements sont pathétiques, grotesques. Les sons me parviennent déformés, amplifiés, sans cohérence. Mes os sont éclatés, comme du verre qui passe du froid au chaud subitement et qui explose et se répend dans toute la pièce. Je suis balancé au dessus du vide, le devant et le tour sont blancs. Je veux retourner me noyer pour qu’enfin le monde entier cesse de m’agresser. Le vent est froid, mordant, rongeant le moindre recoin de squelette, de moelle, de chaleur. Je vais mourir, cet air qui me rejette. On me crache un acide mortel et puissant au visage. Flagellée par le temps qui implose soudainement. Une dernière suffocation, je n’ai pas le temps de naître qu’on me ceuille pour me mettre en terre.
Publicités

1 commentaire

Classé dans Avant Wordpress, Poésie

Une réponse à “Je n’ai jamais vécu

  1. Le théoricien

    Tâche de vivre … c’est tout.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s