Ibuprophène

Y as-til un jour pour étouffer le sang brûlant qui pétille sous la douleur du soleil? Un jour les enfants lanceront des pierres pour seront portées par les vents incestueux de leurs ainés. Elles fracasseront cette façade de verre plat qui gerce les visages d’un blanc noirâtre et acre. Les dents de ce commandant éclateront en un millier d’abeilles étonnées et s’en iront mourir en criant et souffrant comme les enfants aveugles. Elles mourront puisqu’il n’y a pas assez de place sous ce soleil vert maladif pour tant de souffrance.

Toujours un membre de l’équipage
Toujours un membre de l’équipage
Toujours un membre de l’équipage
Toujours un membre de l’équipage
Toujours un membre de l’équipage
Toujours un membre de l’équipage
Rien qu’un membre de l’équipage…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Avant Wordpress, Poésie

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s